L’utilisation des données dans le combat contre la COVID-19

S’il y a bien une chose que l’on retiendra de l’année 2020, c’est la pandémie de Coronavirus, qui aura fortement impacté l’ensemble de la planète. Impacts multiples : médical, sociétal, économique…
Une propagation rapide, avec de nombreux cas nécessitant une assistance médicale, ou une admission en service de réanimation pour les cas les plus compliqués, mène à une saturation des systèmes de santé. Face à l’absence de vaccin, ou autres médicaments permettant de protéger, ou à défaut, de guérir de la COVID-19, des restrictions sur les libertés individuelles sont décidées par les gouvernements : confinements à l’échelle locale ou nationale, fermeture des écoles, généralisation du télétravail, annulations ou limitations des événements publics et privés, fermeture des frontières, et autres mesures dont le seul but sera de vaincre le virus en empêchant sa transmission, ce qui permettra de désengorger les hôpitaux.
Parallèlement à cela, l’industrie pharmaceutique est à pied d’oeuvre pour trouver un vaccin efficace le plus rapidement possible, pendant que les experts médicaux restent en désaccord sur les traitements à suivre pour en guérir, ou au moins, en limiter les symptômes les plus graves.

Dans cette lutte internationale contre un ennemi invisible, quel rôle vient jouer l’utilisation des données au travers d’outils d’analyses ?

 

Permettre la prise de conscience du grand public

 

Plusieurs organismes nationaux de santé ou institutions publient les informations à leur disposition sous forme d’Open Data.
On pourra citer l’exemple de l’université américaine Johns Hopkins, devenue référence en la matière, qui centralise les données internationales et donne accès à son tableau de bord, où l’on retrouve notamment, par pays, le nombre de nouveaux cas quotidien, le nombre de décès, le nombre de patients guéris, des ratios entre ces différents indicateurs (notamment les taux d’incidence et de morbidité dont on parle beaucoup) :

 

 

Certains gouvernements tiennent également à jour des reportings actualisés quotidiennement indiquant aussi les nombres d’hospitalisations et d’admissions en réanimation, totales et quotidiennes, nationales et locales.

On retrouve également des entreprises, comme Cubis, spécialiste SAP Analytics, qui ont mis leurs compétences et savoir-faire au service du public, mettant à disposition leur propre Tableau de bord (SAP Analytics Cloud) COVID-19 :

 

 

Le principal facteur empêchant le ralentissement de la propagation du virus reste la prise de conscience et le respect des mesures barrières par le public.
Aussi, en leur donnant accès à ces informations, chacun aura la possibilité de comprendre l’importance et la gravité de la situation à son niveau local, national, et mondial.

 

Faciliter la prise de décision quant aux différentes actions à mettre en oeuvre

 

Au travers des différentes données collectées, traitées et analysées, les différentes autorités gouvernementales et locales, institutions de santé et autres acteurs majeurs de la lutte contre le Coronavirus, ont à leur disposition des indicateurs clés qui leur permettent de comprendre l’évolution de la situation, et d’agir en conséquence.

On pense notamment à l’analyse :

  • Du nombre de lits disponibles dans les différents services hospitaliers, et de la tendance du nombre quotidien de nouvelles occupations qui pourra mener à : l’annulation d’opérations non urgentes, l’augmentation de lits de réanimation, l’organisation de transferts de patients dans d’autres villes et pays, la création d’hôpitaux de campagne, etc…
  • De la vitesse de propagation du virus dans les villes et pays, qui permet de restreindre les activités, événements ou déplacements, ou de les autoriser à nouveau.

  • Des déplacements de cas avérés (grâce à des applications dédiées, au traçage de la population, ou encore à des enquêtes) qui permet d’identifier les nouveaux cas potentiels et de réduire les risques de nouvelles contaminations (isolation et tests par anticipation)

Taiwan, pourtant prédisposer à devenir un foyer important de COVID-19 (de par sa proximité et ses échanges avec la Chine), a rapidement pris conscience qu’une partie de la solution était à sa portée : en combinant les bases de données de l’assurance maladie, à celles des douanes et de l’immigration, les autorités ont pu lancer des alertes en temps réel, et selon le risque aller jusqu’à imposer une quarantaine, surveillée via la localisation des téléphones portables.

On peut citer également l’exemple de la Chine, qui grâce à ses millions de caméras analysait la température corporelle de ses citoyens (la fièvre étant un symptôme fréquent), combiné à la géolocalisation (via les smartphones), pour retracer le parcours des patients malades, et identifier les possibles cas de contamination. Les smartphones étant également utilisés pour contrôler le respect des quarantaines imposées en cas de cas avérés.

 

Aider la recherche de solutions médicales

 

L’analyse des tableaux de bord permet également de découvrir certaines tendances, pouvant aboutir à de nouveaux axes de travail à développer. Par exemple : en comparant les taux de morbidité de différents pays, on a pu s’apercevoir qu’il était beaucoup plus bas dans les région dont la population était fortement vacciné (BCG).

Par ailleurs, l’utilisation de données d’imagerie médicales combinées à l’Intelligence Artificielle, permet également d’améliorer le diagnostic, et de prédire la sévérité de la maladie chez les patients, afin de pouvoir prendre les dispositions nécessaire par précaution, et réduire les risques vitaux (admission à l’hôpital, en soins intensifs, surveillance à domicile, traitement médicamenteux,…).
Dans cette optique, de nombreux médecins et chercheurs alimentent de nouvelles bases de données partagées à l’internationale, dans le but de fiabiliser et accélérer l’apprentissage de l’IA.

L’IA est également utilisée dans la recherche d’un médicament qui permettrait de vaincre le virus, mais alimentée cette fois par des données
pharmaceutiques.
L’idée est, d’une part, soumettre l’ensemble des molécules existantes pour d’autres maladies face à la structure du virus, et d’autre part, de créer une nouvelle molécule capable d’éliminer le virus du corps.
L’utilisation de médicaments habituellement prescrits pour d’autres maladies pourrait permettre de réduire les délais de mise sur le marché, selon les tests déjà effectués sur ces molécules, et leurs effets secondaires.

Les législations, outils, méthodes, et autres bases de données varient d’un pays à l’autre. Mais pour tous, l’analyse et l’utilisation des données est une arme forte dans le combat contre le Coronavirus, à différents niveaux.
La prise de conscience du public pour un respect total des mesures dites “barrières”, la réactivité des gouvernements et différentes institutions pour endiguer la pandémie, et la découverte d’un médicament ou vaccin qui permettrait de protéger ou guérir sans complications, sont trois des axes prioritaires dans cette lutte quotidienne.
Trois axes boostés par les données et les outils d’analyses dont nous disposons…

… mais qui créent débats quant à la gestion et l’utilisation des données à caractère personnel, l’atteinte à la vie privée, et autres sujets complexes qui divisent les sociétés du monde entier. Mais ça, c’est une autre histoire….

Depuis le mois d’avril, et la généralisation du télétravail et des confinements, de plus en plus de Webinars sont proposés sur tous types de thématiques.
Chez Cubis, en tant que Partenaire et Spécialiste SAP, nous proposons régulièrement des présentations d’outils que nous sommes à même de déployer et maintenir chez nos clients et futurs clients.
C’est au mois d’avril, lors de notre premier Webinar, portant sur SAP Analytics Cloud, que nous avons présenté notre Tableau de Bord COVID-19, en guise de démo.
Si vous aussi avez des données que vous souhaitez mettre à profit au sein de votre entreprise, n’hésitez pas à nous contacter pour prendre connaissance de notre offre de service. Mais si vous êtes plutôt portés sur les technologies Microsoft, pas de souci ! Nous vous dirigerons vers Lytix, notre société soeur, Partenaire et Spécialiste Microsoft.

 

Blog by Dan Messas